11 juillet 2019

France Tourisme N° 141 – Juillet 2019

FT 141.indd

Cher(ère)s collègues,

J’ai été heureux de vous accueillir à La Grande-Motte (34) du 15 au 17 mai 2019 pour notre 89ème Congrès. Ce fût un succès et nous avons réuni plus de 270 participants sur ces 3 journées.

Je tiens à remercier particulièrement les congressistes, les intervenants, les partenaires de l’ANETT, Stéphan ROSSIGNOL et ses équipes. L’attractivité a été au coeur de nos débats : comment accueillir 100 millions de touristes internationaux en 2020, un challenge impactant
tous les partenaires de nos collectivités.

J’ai eu le plaisir d’accueillir Jean-Baptiste LEMOYNE, Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères lors de notre dîner de Gala. Les Actes de ce congrès très riche seront bientôt disponibles.

Si vous êtes maire d’une station classée vous avez reçu un courrier et un questionnaire sur la loi NOTRe. Je remercie mes collègues qui ont répondu à cette enquête. Celle-ci a donné des informations essentielles dans notre travail de réflexion avec les équipes du Ministre en Charge des Collectivités Territoriales, Sébastien LECORNU.

Lorsque la compétence « promotion du tourisme » a été transférée vers l’intercommunalité, 1/5ème des maires estiment qu’ils ont perdu le contrôle de leur politique touristique et souhaitent retrouver leur indépendance.

Lorsque la compétence « promotion du tourisme » est restée communale aucun des maires ne regrette ce choix. Une donnée ressort particulièrement de cette étude, c’est la place des stations classées au sein des intercommunalités. Pour les 2 tiers des maires de stations
classées leur commune n’est pas bien représentée au sein des instances intercommunales contre 37 qui s’estiment bien représentés

Face à une concurrence étrangère de plus en plus vive, il est impératif de permettre aux stations classées, stations d’excellence de garder la maitrise de leur politique touristique.

Ces éléments renforcent la conviction de l’ANETT selon laquelle il convient d’appliquer pour la compétence « promotion du tourisme » le principe de subsidiarité qui préconise de mutualiser uniquement ce que les communes ne peuvent pas faire seules. C’est un principe que nous avons toujours défendu et c’est pour l’ANETT une règle d’or : ce principe de subsidiarité conduira à redonner de l’autonomie en matière de tourisme et plus généralement d’économie. Chaque territoire est différent et pour certaines communes historiquement touristiques noyées dans des intercommunalités géantes, l’exercice est difficile, voire impossible.

Philippe SUEUR
Maire d’Enghien-les-Bains, 1er Vice-Président du Conseil Départemental du Val d’Oise Président de l’ANETT