Association National des Maires des Stations Classées & des Communes Touristiques

Association Nationale des Maires
des Stations Classées
& des Communes Touristiques

Littoral
Accès adhérents Entrer Vous avez oublié votre mot de passe

Actualités archivées

31/07/08 - Les conséquences pour la préservation des chemins de randonnée de la loi du 22 juillet 1983

 Interrogé par un député, le ministre de l'ecologie, du développement et de laménagement durables rappelle que larticle l. 361-1 du code de lenvironnement issu de l'article 56 de la loi n° 83-663 du 22 juillet 1983, prévoit que chaque département établisse un plan départemental des itinéraires de promenade et de randonnée pdipr et y inscrive des itinéraires empruntant des voies publiques, des chemins ruraux et des chemins ou des sentiers appartenant à létat, à des personnes publiques ou à des personnes privées.

Selon le ministre, en prenant cette mesure, le législateur poursuivait un double but : promouvoir la randonnée, essentiellement pédestre et équestre, et protéger les chemins en espace rural.

S'agissant des chemins ruraux, leur inscription est subordonnée à une délibération favorable de la commune concernée. L'inscription au pdipr est non seulement un des moyens de définir la destination de ces chemins ruraux, mais il sert également à les protéger. en effet, dans le cas où une commune veut aliéner tout ou partie dun chemin rural inscrit au plan, celle-ci doit proposer au conseil général « un itinéraire de substitution approprié à la pratique de la promenade et de la randonnée ».

De façon générale, lorsquune commune décide par décision expresse du conseil municipal de supprimer un chemin rural inscrit au pdipr, le conseil général, qui a la compétence de létablissement et du suivi du pdipr, doit veiller à la qualité de litinéraire de substitution proposé et son adaptation réelle au type de randonnée offert par le plan dans le secteur concerné par la commune. Pour apprécier la pertinence de la proposition de la commune, le conseil général sest longtemps appuyé notamment sur les connaissances et lexpérience de la fédération française de la randonnée pédestre, représentée dans chaque département par un comité départemental de la randonnée pédestre.

Le département peut aussi utiliser la taxe départementale des espaces naturels sensibles pour acquérir, aménager ou gérer « les sentiers figurant au pdipr », au titre de larticle l. 142-2 du code de lurbanisme, et en particulier les chemins ruraux menacés.

Depuis la loi sport du 6 juillet 2000 modifiée, le département « favorise le développement maîtrisé des sports de nature » et à ce titre il doit élaborer un plan départemental des espaces sites et itinéraires relatifs aux sports de nature pdesi, qui inclut le pdipr art. l. 311-3 du code du sport. larticle r. 311-1 du code du sport prévoit quune commission départementale des espaces, sites et itinéraires relatifs aux sports de nature est placée auprès du président du conseil général.

Cette commission, qui comprend notamment des fédérations représentatives des sports de nature « est consultée sur toute modification du plan » art. r. 311-2 du code du sport. dès lors que le pdesi est approuvé par le conseil général, incluant le pdipr, la commission peut donner son avis sur la qualité et la finalité de litinéraire de substitution proposé par une commune, qui souhaiterait aliéner un chemin rural ou qui serait conduite à le supprimer dans le cas dopérations daménagement foncier.

Question n° : 18406, publiée au jo an le : 22/07/2008

Toutes les actualités

Association Nationale des Maires des Stations Classées et des Communes Touristiques - 47, quai d'Orsay - 75007 PARIS - Tél. : 01 45 51 49 36 - Fax : 01 45 51 64 17

mentions légales | nous contacter

Veolia Environnement Suez environnement SAUR EDF ELIOR Neige-Soleil-Tourisme-Loisirs
Caisse des Dépots et Consignations COFELY Ineo Morgan IT Morgan IT Primagaz Primagaz
Eco Emballages EVERTECH Economie d'énergie, je sais faire Maître d'oeuvre en propreté